dimanche 15 novembre 2009

807 : fin de la saison 1

Les 807Voilà, c'est fini, comme le chante Jean-Louis Aubert, et pour mes amis anglophones, this is the end, comme le chantait Jim Morrison (un peu plus glamour). Demain lundi nous vous offrons un bouquet d'une quarantaine de 807, et le 807e sera publié mardi à 8h07.

Le titre du billet peut être lu comme une promesse (chouette bientôt une saison 2), comme une précaution (ne fermons pas la porte) ou comme une technique de mauvais commercial (viendez souvent sur mes blogs pour savoir quand reprendront les 807 alors que je sais la fermeture définitive).
Je vous sens hésitants, est-ce du lard ou du cochon mexicain ? Allez, je suis bon : option 2. J'ai besoin de temps pour terminer trois livres, et les 807 m'en prennent énormément. Le numéro 807 me paraît un bon chiffre pour une pause.

Sincèrement, je ne sais pas encore si cette pause sera définitive. Mais il est certain que si les 807 reprennent du service, ce ne sera pas avant fin janvier. Et j'en profiterais pour changer la formule, pour trois raisons : ne pas lasser, donner plus de liberté aux auteurs et diminuer ma charge de travail.
Et comme je l'écris dans le 806e, merci à tous.

9 commentaires:

M agali a dit…

Tu nous laisses déchirant nos vêtements en 807 morceaux et nous couvrant la tête de cendres....
Mais avons-nous offensé 807 fois le Seigneur que la saison 2 ne soit pas VRAIMENT promise?

Tiens, le Destin s'y met et me fournit comme code à recopier: ABLYN.
Oui, du fond de l'ablyne, je crie vers toi.

Patrick a dit…

Et à la fin de la fin de la fin de la fin... il contempla longtemps longtemps longtemps longtemps son oeuvre, tourna huit cent sept fois la langue dans sa bouche et décida de tout reprendre à zéro...

Jeffw a dit…

Je ne peux pas recommencer...
Je vous ai menti.
Je n'ai pas de pelouse.


Joli bouquet final, bravo l'auteur(s) !

fuligineuse a dit…

Aaaaaaaaaaaaargh...
Je croyais avoir encore devant moi quelques jours de lecture des 807, et puis je m'aperçois ce matin que le mouvement s'est précipité vers la fin, comme une enchère sur e-bay pour un livre d'Eric Chevillard.

Une 2e saison ? Non, la beauté de la chose est dans sa finitude.

EN tout cas, merci Franck. On s'est bien marrés. C'est déjà beaucoup.

Lavande a dit…

Dès 1985, des chercheurs ont montré que le canari perd un certain nombre de neurones à l'automne et qu'il les renouvelle au printemps. C'est ce qui lui permet d'apprendre de nouveaux chants chaque année.

Espérons que les miens, de neurones, vont se décider à faire la même chose, parce que je n'en ai plus que 807! Si Franck lance un nouveau blog au printemps, je ne sais pas si je pourrai faire comme le canari et inventer de nouveaux aphorismes.

Frederique M a dit…

Bravo pour ce bouquet final, Franck. Je serai assez d'accord pour qu'il le reste et que tu nous proposes une tout autre aventure dans laquelle nous te suivrons tous comme un 807 seul homme/femme. Allez Francky, allez Francky, allez...

fg a dit…

Merci à tous. J'ai 3 pistes : une réouverture des 807 avec une formule modifiée comme indiqué, un autre blog toujours basé sur l'Autofictif de Chevillard mais sans 807, et enfin, une autre formule participative mais sans lien avec Chevillard. Je laisse mûrir et je vous dirai.

Clopine a dit…

En tout cas, merci, Franck, nous nous sommes tous bien amusés. certains aphorismes étaient splendides, d'autres tout courts, et puis les thèmes se recoupaient souvent, s'entrecroisaient... poru vous remercier, j'ai posté sur mon blogounet le dernier, qui 'a pas trouvé place sur le site 807.

Une autre saison ne risquerait-elle pas de compromettre encore plus gravement l'équilibre mental de Monsieur Chevillard, d'ores et déjà bien chancelant ?

bien à vous

Clopine

Lastrega a dit…

Allez ! Francky, je te sens déjà pris de remords d'avoir stoppé brutalement les 807. Ne fais pas ta Thérèse d'Avila s'il te plaît, sans quoi tu vas finir comme elle : en martyre et décapité. Et après ça, fini la dolce vita aux îles Maurice et Tutti Quanti...
Nous attendrons 807 ans s'il le faut car "la patience triomphe de tout"... Prends ton temps, prends ton temps...